Aidez-nous à créer une prise de conscience et un sentiment d'appartenance.

Participez directement en choisissant certains de nos plans et dirigez votre attention en fonction de votre intérêt.

Grive litorne

Turdus pilaris

Les turdidés sont des passereaux de taille moyenne à grande. Ils possèdent généralement un bec assez long et fort, et des pattes robustes. La couleur de leur plumage est très variable. Beaucoup sont entièrement dans des tons discrets de brun, de gris ou de noir mais d’autres montrent des coul… lire la suite

A la différence des autres grives, la litorne est relativement haute en couleurs. Le meilleur signe distinctif est le gris ardoise de la tête, de la partie arrière de son cou et du croupion, qui contraste avec le brun du dos et le noir de la queue. Les parties inférieures sont blanchâtres fortement lavées de jaune-orange sur la poitrine et marquées de stries et de festons noirâtres qui s’estompent souvent en taches noires sur les côtés de la poitrine. Le dessous des ailes est blanc comme chez la Grive draine. Le bec est jaune, les pattes noir brunâtre. La femelle est semblable au mâle, les jeunes sont plus ternes. Chez eux, la tête et le dos sont de la même teinte brune.

Les oiseaux migrateurs lancent un «gih» grinçant et un «djak-djak-djak» jacassant qui est très caractéristique. Le chant simple est composé de trois parties distinctes, d’abord quelques sons jacassants sans structure définie, une brève pause puis de nouveaux des jacassements. Il est répété a de nombreuses reprises. Le chant en vol comporte des jacassements excités, étirés, plus rapides. Les grives chantent surtout le matin et en soirée pendant la saison de nidification.

Les grives litornes nichent dans les zones boisées et à la lisière des forêts de bouleaux, de pins, d’épicéas, d’aulnes et d’un mélange d’autres essences.

 

Ces habitats sont souvent situés à l’intérieur de zones humides, à proximité de prairies, de vallées baignées par un cours d’eau, d’une tourbière ou d’un marécage. Pendant la nidification, on les trouve également parfois dans des parcs, des vergers, des jardins, en bordure de terres agricoles et dans des régions montagneuses recouvertes de bouleaux rabougris à la limite de la ligne des arbres. Pendant la migration et en hiver, les grives litornes fréquentent des habitats plus ouverts et plus clairsemés tels que les champs et les pâtures, les terres agricoles, les zones boisées, les arbustes et les broussailles qui regorgent de baies. Au cours de la migration, elles sont présentes dans toutes sortes de paysages proches des rivières ou des côtes.

De grandes bandes de grives litornes arrivent en France à l’automne. Quelques-unes se montrent dès la fin août mais le flot principal n’arrive généralement qu’en octobre et en novembre.

Des troupes de plusieurs centaines d’individus déferlent alors sur le pays par le nord et l’est, en provenance de Scandinavie et d’Europe de l’Est. Lorsque les conditions climatiques sont mauvaises, de nombreuses grives arrivent épuisées et deviennent alors des proies faciles pour les prédateurs comme les rapaces. En hiver, la litorne forme de grandes bandes mêlées d’autres grives, notamment des mauvis. Ces troupes bruyantes parcourent la campagne en quête de nourriture. A terre, la litorne se comporte typiquement comme les autres membres de la famille, adoptant souvent une posture rectiligne et progressant par bonds un peu lourdauds. Alarmée, elle se tient presque verticale et scrute de tous les côtés. A l’approche d’un prédateur, toute la bande se réfugie dans un arbre voisin où elle se pose généralement face au vent.

Découvrez nos produits POD

Productos
Productos